création digitale | communication digitale | vente en ligne

Béatrice Warichet
Digital & Web Designer

J’ai créé LaSauce en 2013 avec un projet de gamification innovant : BattaKlang; une application mobile pour apprendre des mots de vocabulaire en Luxembourgeois par le jeu.

Depuis, j’ai étendu mes activités à d’autres thématiques digitales : la création de sites internet, la création de vitrines e-commerce, le marketing digital et les créations digitales.

Je réalise des projets, je propose des prestations de consultance sur les thématiques digitales et webmarketing et je donne des formations.

French FR English EN German DE
Blog

Faire un site internet : épisode 1 – Par quoi on commence?

Je fais des sites internet depuis une dizaine d’années. Quand j’ai commencé, tout le monde me disait que c’était super facile à faire, sans préciser comment le faire. Et surtout par où commencer.

Aujourd’hui j’ai envie de partager avec vous les grandes étapes – et les choix à faire – pour réaliser son site internet.

Ces réflexions sont le fruit de mes expériences tout au long de mes projets de création de sites internet. Il y a bien sûr d’autres façons de s’y prendre et d’autres choix possibles – mais je vais simplement partager avec vous mon approche. Une approche, simple, factuelle et qui va à l’essentiel.

ETAPE 1 : QUELleS SONT MES COMPÉTENCES EN INFORMATIQUE ?

Même si de nombreuses solutions pour la création de sites internet ne font plus directement appel à des compétences de développeur, il est important de connaître quelques bases et les notions fondamentales (bases de données, fichiers, redirection, hébergeur, sécurité, navigateur, indexation).

Si vous êtes à l’aise avec l’informatique en général, il vous sera très facile d’acquérir ces notions. Je vais d’ailleurs inclure un maximum de liens vers des sites et des articles qui m’ont inspirés tout au long de mes projets.

Si, au contraire, vous n’êtes pas à l’aise avec les outils informatiques – faites appel à un prestataire. Car vous serez rapidement bloqué dans votre projet et les concessions que vous serez amenés à faire pour mettre en ligne votre site se fera au détriment de vos objectifs initiaux. Et votre site  vous reviendra au final bien plus cher en heures, en énervements et en euros que si vous l’auriez sous-traité dès le départ.

Soyez également vigilant si vous pensez avoir un copain qui pourra vous aider “au cas où”. Un site internet, c’est une publication en temps réel. Si vous vous lancez dans l’aventure, vous devoir pouvoir intervenir rapidement et à tout moment. Et la plupart du temps, c’est exactement à ce moment-là que votre contact sera indisponible.

Etape 2 : réserver son nom de domaine

C’est le premier service que vous devrez payer : le nom ou l’adresse URL qui va rediriger vos visiteurs vers votre site. Si votre nom commercial est original, vous devriez pouvoir acquérir votre nom de domaine sans trop de difficulté et pour un prix raisonnable. Par contre, si votre nom est assez commun, il risque d’être déjà utilisé et vous devrez être créatif pour trouver un nom qui vous correspond sans être trop long ni trop compliqué à saisir dans un navigateur.

Le service de réservation de nom de domaine peut être fait chez votre hébergeur internet ou séparément avec un prestataire spécialisé.

Au départ, j’avais les services “nom de domaine” et “hébergeur” séparés – mais j’ai trouvé plus de facilités (console de redirection, suivi des échéances, facturation centralisée) à faire regrouper les deux services chez mon hébergeur.

Etape 3 : le choix de l’hébergeur

Le Luxembourg a un leadership dans la protection des données et l’intégrité de leur traitement. Cela a été mon premier critère pour choisir mon hébergeur : un prestataire luxembourgeois qui garantissait une localisation de ses datacenters au Luxembourg.

Il n’y avait pas de raison particulière à ce choix car les informations que je place sur mes serveurs sont destinées à être publiées. Mais la nouvelle loi européenne en construction faisait beaucoup de vagues et je voulais être chez un prestataire qui respecterait de facto les nouvelles règles à venir.

Ce n’était pas une bonne idée. Avec cette idée fixe d’un hébergeur luxembourgeois, j’ai perdu un temps précieux et pris du retard dans de nombreux projets. A ma décharge, j’étais vraiment débutante et je m’embrouillais facilement dans les terminologies techniques. Cependant, dans les faits, j’ai été chez un hébergeur qui ne proposait pas les nouvelles technologies de création de site – quand je m’en suis rendue compte, j’ai changé pour un prestataire qui avait une interface de gestion tellement complexe que je devais embaucher un informaticien à chaque mise à jour, et puis j’ai encore changé pour un autre prestataire qui s’est révélé à l’usage extrêmement cher. Ce qui m’a fait prendre conscience qu’au Luxembourg, il n’y avait pas d’hébergeur pour des petites entreprises comme la mienne – avec un bon niveau de performances attendues et un besoin de simplicité en terme de console de gestion.

Je me suis tournée vers le fournisseur OVH avec beaucoup d’à priori mais vraiment désespérée. Et – bonne surprise – j’ai trouvé exactement ce dont j’avais besoin. Un private cloud qui me permet (quand le client le souhaite) d’héberger des sites avec un très bon niveau de performance, une interface de gestion accessible et des services à la carte. Cela fait plus de 5 ans que je travaille avec eux et – même avec leur gros soucis technique de l’année passée – ils restent de loin le meilleur herbergeur avec qui j’ai travaillé.

Vous aurez sans doute un avis différent et je vous encourage à choisir votre hébergeur avec vos critères mais sur du moyen voire du long terme. Car le travail à faire pour changer d’hébergeur est fastidieux et assez anxiogène, surtout si vous avez des services clients en ligne sur vos sites (abonnement, newsletter, boutique en ligne, … ).

A ce sujet, si vous avez des recommandations pour un autre hébergeur que OVH, n’hésitez pas à les partager en commentaire de cet article. Restez courtois et factuel si vous voulez que je valide vos commentaires.

Etape 4 : le choix de la plateforme qui va gérer le contenu du site

WordPress – Joomla – Drupal – Wix sont les big4 de la création de site

Pour moi le choix s’est présenté de lui-même car au moment où je me suis lancée dans la création de sites :

– Wix n’existait pas encore

– Drupal était très technique à prendre en main

– et Joomla ne supportait pas le format blog.

Donc -> WordPress.

Depuis, avec toutes les heures travaillées sur cette plateforme et les formations continues pour apprendre les nouveaux frameworks, les templates, les pages builder, les plugins et les widgets, je n’ai pas trouvé de bonnes raisons pour utiliser une autre plateforme.

Pourtant Wix c’est bien aussi. C’est simple et accessible.

Mais j’apprécie vraiment beaucoup la communauté WordPress ainsi que l’énergie qu’ils mettent dans cette plateforme pour qu’elle reste en phase avec les nouveaux devices, les utilisateurs et les défis sécurités.

Alors oui, les articles qui vont suivre vont être fort orientés WordPress. Mais pas uniquement. Il y aura aussi quelques réflexions sur la particularité du Luxembourg, les défis des visuels pour les sites internet, et des points plus techniques comme les balises de mesure et les statistiques.

Lire la suite : Faire un site internet : épisode 2 – WordPress, quel thème choisir ?

You might be interested in …

Leave a Reply

Your email address will not be published.