Gamification : nouvelle méthode d’apprentissage ?

Depuis que j’ai créé LaSauce, je parle beaucoup du concept de gamification.  J’en parle dans mes articles sur mon blog et lorsque je présente mes applications BattaKing et BattaKlang (*).

Aujourd’hui j’aimerais partager les réflexions qui m’ont amenées vers cette nouvelle approche.

 

Apprentissage et pédagogie

2016 institutrice web-01

Si la pédagogie est la science qui développe et traite les techniques de l’enseignement, elle est principalement appliquée à l’enseignement pour les jeunes dans les cycles de scolarité.

Dès que l’on sort de l’environnement scolaire, la notion de pédagogie est bien vite remplacée par (j’adore cette expression) la “formation sur site” : tu-fais-ce-que-je-te-dis-comme-je-te-le-dis-et-on-a-toujours-fait-comme-ça-donc-ne-change-rien.

Les sociétés de formation sont soumises aux lois du marché et doivent proposer des formations de plus en plus courtes, très condensées et à des couts de plus en plus faibles.

Du côté de l’employeur, il sera privilégié un retour sur investissement élevé et de préférence à court terme; avec évaluation avant la formation et après la formation. Ces formations sont souvent conditionnées à un remboursement partiel de la part de l’employé en cas d’échec ou de démission.

En plus de devenir un élément à part entière du package de rémunération ou de réinsertion, les formations seront soumises à un objectif de résultat, renforçant la pression et le stress sur les épaules de l’apprenant.

Dans ces conditions, l’apprentissage dispensé ne sera plus un processus orienté vers l’acquisition du savoir. Il sera évincé par les souvenirs du stress des examens pendant la scolarité et l’angoisse de l’échec.

2016 batta triste-01

Le paradoxe est que la personne qui se sent bloquée dans son activité professionnelle par manque de connaissance va justifier ses lacunes par un manque de formation – mais elle va également éluder les cycles d’apprentissage disponibles.

Le grand regret que j’ai vis à vis de la scolarité est qu’elle présente la réussite d’un brevet ou l’obtention d’un diplôme comme une finalité. Elle n’apprend pas comment utiliser ce savoir ni comment continuer à le faire évoluer dans un environnement professionnel.

Si, en plus, l’environnement social et professionnel ne valorise pas le développement des connaissances, l’ensemble des résistances personnelles à vaincre pour entreprendre une formation sera difficilement surmontable.

 

Méthode(s) d’apprentissage

Un professeur peut difficilement se permettre d’enseigner une notion en utilisant simultanément différentes méthodes. Ce qui est bien dommage pour l’apprenant car celui-ci voit cette nouvelle connaissance subrogée à la méthodologie de son enseignant.

La méthode ne devient plus un vecteur de savoir mais une contrainte de l’apprentissage pour pouvoir accéder au savoir.

Je prends un exemple : la connaissance d’un livre est conditionnée à sa lecture.  Pourtant de nombreuses alternatives en livres audio existent, égales en tout point au texte original, pour un tarif souvent équivalent.

Si l’objectif est acquérir la connaissance du contenu du livre, les deux méthodes devraient être proposée en équivalence. Et l’apprenant devrait pouvoir choisir la méthode qui lui convient dans ses circonstances de vie.

Pourtant, quand on parle d’un livre, on va imposer la lecture des caractères  – même si c’est au détriment du savoir contenu dans l’oeuvre.

2016 livre audio web-01

C’est un exemple simple mais qui illustre de façon concrète les contraintes que la méthode induit au savoir.

Il existe tellement de méthodes d’apprentissage. Néanmoins, lorsque nous somme dans le rôle du formateur, nous allons privilégier la méthode qui nous a donné satisfaction lors de notre scolarité.

  • J’ai besoin d’écrire pour retenir : je vais faire une présentation devant un auditoire et je donne des calepins pour que mes apprenants prennent des notes.
  • J’ai besoin d’entendre de quoi on parle : je vais donner un document reprenant le contenu du cours à connaître et je vais parler de certains sujets.
  • J’ai besoin de faire par moi-même : je vais mettre à disposition des ordinateurs et je vais faire des exercices devant eux comme ça ils pourront le faire aussi.

Or il n’existe pas de bonne méthode. Ils existent une multitude de méthodes dont leur seul objectif est de conduire l’apprenant vers l’acquisition du savoir.

C’est ce qui m’a motivée à me lancer dans cette approche innovante de la gamification.

2016 jouet-01

 

Alors … la gamification : une nouvelle méthode d’apprentissage ?

Au regard de ces réflexions, je ne considère pas la gamification comme une méthode d’apprentissage. Plutôt une approche alternative.

Car l’avantage du digital learning est de pourvoir embarquer différentes méthodes simultanément. Ainsi elles peuvent coexister et accompagnent de façon complémentaire l’apprenant vers l’acquisition du savoir.

Ce qui est bien quand on pense gamification, c’est qu’on abandonne de facto les schémas classiques des formations. On doit innover, tant au niveau de la modélisation du savoir à transmettre qu’au niveau de l’interface. On va ajouter de l’émulation et du divertissement pour que le jeu soit plaisant tout en garantissant l’objectif d’apprentissage poursuivi.

L’approche que j’ai privilégié dans mes gamification apps (*) est de faire un lien direct entre un mot de vocabulaire et un objet.

L’apprenant ne doit pas passer par une étape de traduction. Il peut demander de l’aide sous forme de traduction ou de visualisation, mais il peut très bien essayer par lui-même en cliquant partout jusqu’à trouver la bonne image. Il n’y a pas de pénalisation. Il peut lire le mot et l’écouter autant de fois qu’il le souhaite. Chaque minute qu’il passe à jouer est une minute axée vers l’acquisition de vocabulaire.

Le fait de proposer des applications mobiles au lieu d’applications web est également un choix délibéré induit par mon approche de la gamification : le savoir accompagne l’apprenant partout où il va et est disponible selon ses contraintes.

Ce savoir peut être très personnel et se jouer sur un smartphone. Et il peut aussi se décliner sur une tablette, facilitant ainsi un partage pour un apprentissage collectif.

Avec la gamification, l’apprenant reprend la mainmise sur l’apprentissage. C’est lui qui décide quand et comment il veut apprendre. Sans pression, sans pénalité, de façon positive et avec le sourire.

🙂

Envie d’en savoir plus sur la gamification : je vous recommande les articles sur Landscape (Playing the game) et les excellents sites de promotion du digital learning edupronet et ludovia.

 

BattaKlang, BattaKlang Vocal, BattaKing, BattaKing Vocal

(*) Applications mobiles d’apprentissage par le jeu de mots de vocabulaire :

BattaKlang (apprentissage de 1.000 mots de vocabulaire en luxembourgeois)

BattaKing (apprentissage de 1.000 mots de vocabulaire en anglais)

disponibles sur Google Play et App Store